Vous trouvez ici:

04.11.2013

Le Joker fait toute la différence sur les eaux surpêchées

Avec la pêche en spinning qui est de plus en plus pratiquée, la plupart des bons coins qui recèlent normalement des carnassiers sont soumis à une pression de pêche. On entend d’ailleurs souvent les mêmes refrains à savoir: « Il n’y a plus le moindre poisson sur ce poste », « Le poste est complètement épuisé  » ou encore‚ « Ce n’est même pas la peine de prospecter cette zone !  »

Parfois, il se peut que les poissons aient complètement déserté la zone ou qu’ils ne la fréquentent pas aussi souvent qu’auparavant. Parfois, cela peut aussi venir du fait que les carnassiers sont devenus si méfiants qu’ils refusent tous appâts ou leurres qui leur semblent bizarres.

Récemment, lors d’une journée ensoleillée d’automne, je suis allé prospecter une zone connue en compagnie de mon ami Ralf.  En réalité, nous avions évité ce poste depuis un bon moment tellement il était surpêché. Même ceux qui pratiquaient au manié n’avaient pas la moindre touche. Ce jour là, nous avons voulu voir ce que le Joker de chez Quantum avait vraiment « dans le ventre » sur ce type de parcours. Lors du premier lancer, nous avons enregistré une petite touche et attrapé une petite perche. Nous avions déjà en main le leurre qui semblait faire craquer les perches. Ensuite, après avoir raté deux touches, j’ai réussi à pêcher une jolie perche d’environ 45 cm mais celle-ci s’est malheureusement décrochée juste devant moi. Quelle déception. Cette mésaventure s’est vite faite oublier lorsque Ralf a crié : « Ne t’en fait pas, c’est à mon tour de tenir un joli poisson ». La canne était complètement pliée en deux. Je me suis précipité pour lui venir en aide et prendre en même temps quelques photos. Tout s’est passé très rapidement et une fois le poisson sorti de l’eau, nous l’avons mesuré. Il s’agissait d’une grosse perche de 49,5 cm, tout juste en dessous de la barrière magique des 50 cm. Nous avons tout de suite compris que le Joker allait compter parmi les incontournables. La chose très intéressante qu’il s’agit de souligner, c’est que nous n’avons pas animé le leurre au ras du fond mais à environ deux mètres sous la surface.

Une chose est certaine, c’est que dès à présent, je ne me rendrai plus à la pêche sans avoir quelques leurres Joker dans ma boîte. Je crois qu’il en sera d’ailleurs de même pour Ralf.

Dirk Fastenau