Vous trouvez ici:

03.09.2012

BLACK CAT, une marque qui passionne!

Même en vacances l'équipe ZEBCO teste son matériel.
 
De passage à Bali, je n'ai pas pu résister à l'envie de pêcher dans l'océan Indien. Les côtes balinaises laissent apparaître d'énormes roches volcaniques plongeant dans une mer turquoise. Dans ce paysage de carte postale, j'imagine les poissons qui colonisent les fonds.
Le rendez-vous est pris pour le lendemain, départ à 5H00,  sur un petit bateau de pêche traditionnelle. Sur cette coque de noix, nous partons avec mon guide "Fino", à environ 2 milles au large des côtes. Arrivés sur la zone "Fino" m'explique que le fond est à environ 100 m sous nos pieds. La zone est parfaite pour pratiquer le jigging. J'arme alors ma ligne d'un SPENDY coloris "Mackerel" en 200G, que je laisse descendre jusqu'au fond. Le contact est pris, j'effectue alors 2, 3 sauts sur place avant d'effectuer la première remontée.

La technique du jigging consiste à remonter le leurre vers la surface en effectuant des tirées sèches et rapides. Ces tirées font sauter le jig de gauche à droite et le rendent très attractifs pour les grands prédateurs. Au bout de 30 à 40 mètres de remontée, si rien ne s'est produit, je laisse redescendre le leurre vers fond . Une fois le contact avec le fond établi, je recommence l'animation. Cela fait 30 mn que nous pêchons et toujours rien. La pêche s'annonce plus difficile que prévue! Pour passer le temps, j'entame une discussion avec "Fino". Ce dernier parle l'anglais comme moi, très mal, mais le plus important étant de se comprendre.

Alors que j'effectue une nouvelle remontée tout en écoutant les paroles de "Fino", blocage! Je me fais plaquer contre le bord du bateau et j' hurle à mon partenaire: " FISH !" Le poisson me prend du fil et m'arrache 50 mètres de tresse au premier rush. Je comprends alors que le combat va être rude. Au bout de 20 minutes, mon adversaire commence à faiblir. Nous observons un superbe poisson à la robe raillée arriver tout doucement sous le bateau. Je pense immédiatement à un gros barracuda, mais "Fino" voit juste et me dit :"No No TENGIRRI !". Dans un dernier effort, ce super combattant m'arrache 30 m de tresse sans que je puisse le stopper. Arrivée au bateau, le poisson se laisse saisir par la nageoire caudale et nous le montons à bord, tout en criant de joie !

Nous sommes heureux ! Je constate alors que le TENGIRRI balinais est un Spanish Mackerel autrement surnommé Thazard ou Wahoo. Ce super carnassier de 150cm pour environ 12kg, nous a laissé un souvenir impérissable de ce séjour à Bali.
 
MODRAK Damien