Vous trouvez ici:

04.01.2012

Le Père Noël est passé sur le Rhône en crue!

Quelques jours après Noël, Lionel et moi, nous donnons rendez-vous au bord de l'eau pour une sortie de pêche aux leurres en bateau. Le temps est brumeux et nous sommes dans le brouillard, la température extérieure est de 2°C et l'eau est à 7°C. Heureux de retrouver mon ami Camarguais, je m'empresse de le conduire sur un de mes spots favoris, mais hélas bien connus des autres pêcheurs.
La brume masquant notre arrivée sur le Rhône en crue, nous pensons être les seuls sur la zone.
Soudain, nous sommes alerté par le bruit d'un moteur qui se dirige vers nous. Nous comprenons de suite que nous allons devoir partager ce poste avec d'autres pêcheurs. Mais au bout de vingt minutes, ce n'est pas un mais cinq bateaux qui nous entourent. Mais, heureusement que le poisson est là!
Rapidement nous enregistrons les premières touches et les premiers petits sandres viennent gonfler le score de la journée.
Le poste pris d'assaut par les autres bateaux, fair-play nous leur laissons la place.
Nous changeons nos habitudes et décidons de pêcher plus près du bord. Soudain, Lionel m'annonce qu'il vient d'avoir une touche. Le poisson lui a sectionné son leurre, la queue a disparu!
Rapidement, je lui redonne le même leurre un Rowdy Shad, 14cm, en coloris Natural. Il relance et là Bingo!
Le poisson amorce un puissant démarrage et part de travers. Nous comprenons tous les deux qu'il ne s'agit pas d'un silure et encore moins d'un sandre. A la première chandelle le doute est levé, c'est un beau brochet qui vient de mordre.
La photo souvenir réalisée, nous relâchons notre partenaire de jeu.
Mais où sont passés les gros sandres?
Lionel me questionne sur mes dernières pêches, tout en cherchant à comprendre le positionnement des gros sandres. Malgré notre habitude et notre connaissance du terrain, nous nous acharnons pour trouver les poissons. C'est une journée difficile!
Je conduis alors Lionel sur de mes petits spots secrets, à gros "raillés".
Tout en slaloment entre les arbres morts, à l'aide de mon moteur électrique, Je lui indique un petit amorti qui m'a déjà récompensé à plusieurs reprises. Pas le temps de lui dire où jeter, le "Lascar" avait déjà compris le poste! Je l'observe prendre le contact avec le fond lorsque: «Pendu!". Lionel m'annonce que le poisson est gros. Après quelques instants de suspense ce magnifique sandre viendra compléter notre tableau photo avant de repartir à l'eau.
Une journée difficile qui nous a laissé des souvenirs indélébiles       

Damien MODRAK

Lionel LUKETA