Vous trouvez ici:

03.05.2011

Partie de pêche entre amis

07H00 à la mise à l'eau, tout le monde est à l'heure. Xavier et Lionel et moi sommes impatients de mettre le bateau à l'eau pour cette ouverture de la pêche aux carnassiers. Les vifs dans le bateau, et le matériel passé en revu, nous sommes prêts à en découdre.
Nous effectuons la première dérive sur le  Rhône et déjà nous avons le sourire. L'échosondeur nous laisse découvrir des silures décollés à environ 2 mètres au dessus du fond. Nous alignons nos montages et positionnons le bateau de manière à prospecter au maximum la zone. Notre attente fut de très courte durée! Une touche brutale est venue rompre le silence qui régnait dans le bateau. Les premiers rushs du silure laissent supposer à Xavier que le poisson est de belle taille. Le combattant épuisé, nous montons ce glane à bord du bateau, il mesure 1M60, la journée s'annonce splendide.



Nous poursuivons la coulée et pour la seconde fois dans la dérive la canne nous saute des mains à la touche. Au bout de 10mn de combat c'est un poisson d'environ 1M70 que je monte à bord sans difficulté. 5mn plus tard plus tard, c'est au tour de Lionel de ferrer, il remonte le frère jumeau de mon silure. Cela fait environ une heure que nous pêchons et déjà trois silures de taille respectable sont montés dans le bateau pour la photo souvenir. L'ambiance est à la rigolade, ce qui est normal lorsque l'on est entre amis.
Le soleil montant a fait sensiblement baisser l'activité des carnassiers, mais pas le moral des pêcheurs. Nous changeons de secteur. Nous décidons de prospecter une partie du fleuve abritée du courant. Dans cette zone que personne ne soupçonne nous enregistrons cinq touches dans seulement  quatre mètres d'eau. Les poissons sont actifs et cela fait notre bonheur. Nous ferrons trois silures allant de 1M30 à 1M70. La zone parcourue dans sa totalité, nous retournons sur les postes du début de journée. Et là surprise, après 20M de dérive ma monture est aspirée. La canne courbée m'annonce que le poisson est très gros. Il m'est impossible de le faire décoller du fond. Après 02mn de combat, le silure m' arrache 20m de tresse et je subis la violence de son départ. Xavier tente alors de revenir rapidement au dessus du poisson à l'aide du moteur électrique, en vain. Le silure qui devait probablement dépasser les 02M s'est décroché, pas de chance! Nous sommes frustrés par cet échec mais nous ne baissons pas les bras. Nous reprenons notre dérive et Lionel nous remonte le moral avec un poisson d'1M70. Le soir approche et nous songeons à la dernière coulée. Il n'y a plus de vifs et il reste un gros poisson mort dans le bac. Je le monte rapidement sur ma ligne pour tenter une dernière fois ma chance dans cette fin de journée. Soudain Xavier nous annonce la présence de gros poissons sous le bateau. La pression est visible sur le visage de chacun d'entre nous.
J'anime lentement mon mort sur le fond lorsque, comble du destin, ma canne est foudroyée par une touche. Le poisson garde le fond et le combat commence. Durant 15mn, je vais subir la puissance de ce superbe silure. Une fois à bord se poisson laissera  se dérouler le mètre à ruban jusqu'à la longueur de 02M08. Ce gros silure est venu couronner cette magnifique journée animé d'amitié et d'esprit d'équipe.         
 
MODRAK Damien